LUMINOTHERAPIE

L’alternance de jour et de nuit rythme notre horloge biologique.

Notre corps est fait pour vivre selon ce rythme dit circadien. L’exposition prolongée et quotidienne à la lumière du jour est indispensable pour faire le plein d’énergie, chasser le stress et trouver le sommeil.

Des séances de luminothérapie  (visage exposé) dans une ambiance de détente est bon pour le moral, le corps et l’équilibre général…

Je vous propose des séances individuelles de 30 min.

Les effets du manque de lumière

Le rythme circadien est parfois bouleversé par l’organisation du travail, pour certains métiers exercés selon des « horaires non conventionnels » (continu, de nuit, à horaires décalés), et souvent par l’explosion des nouvelles technologies (Internet, portable, télévision, etc.) qui incitent à se couper de l’exposition naturelle à la lumière du jour… Or, les lumières artificielles sont 5 à 20 fois moins intenses que la lumière naturelle, même d’un jour gris.

Une carence en lumière favorise :

  • La baisse de tonus ;
  • La somnolence
  • Les troubles du sommeil

Chez les travailleurs de nuit, le sommeil dans la journée est moins réparateur : la durée de ce repos diurne est effectivement plus courte de 30 % environ.

Ce phénomène expose à des incidents, voire des accidents.

Il est donc essentiel de faire le plein de lumière chaque jour, même pendant les périodes les plus sombres de l’hiver !

L’action de la lumière sur le fonctionnement de notre organisme

Le régulateur principal est la lumière.
Ainsi, la durée de la période diurne ou photopériode, pendant laquelle on reçoit la lumière du jour (moins long et moins ensoleillé en hiver), influence directement tous les cycles de notre corps.

C’est notre horloge biologique interne, située dans l’hypothalamus, qui, « sous influence » de la lumière (mais aussi des contraintes sociales), donne le tempo.
En fonction notamment de la quantité de lumière reçue sur la rétine, elle active les différents circuits de sécrétion des hormones et stimule (ou non) les centres de l’éveil.

L’action de la lumière sur notre éveil

On sait aujourd’hui que la lumière du jour déclenche la sécrétion de cortisol, l’hormone du « stress positif » qui mobilise les énergies utiles à la journée. Le cortisol est indispensable pour avoir la forme lorsqu’on est éveillé.
A l’inverse, la lumière du jour empêche la sécrétion d’une autre hormone : la mélatonine. Impliquée dans l’endormissement et le sommeil, elle est indétectable la journée, elle est à son niveau le plus haut la nuit. Plus le jour est lumineux, plus la nuit est noire, plus il y a des différentiels hormonaux (pic de cortisol le jour, pic de mélatonine la nuit) et meilleure est la qualité du sommeil.

De façon générale, toute personne n’étant pas réfractaire à la lumière du soleil ne le sera pas à celle d’une lampe de luminothérapie, du moins le risque est très faible. Cependant, il est à noter que simultanément à la cure, il convient de ne pas absorber un complément de vitamine D pour éviter un risque d’intoxication dangereux pour la santé. 

Conséquemment, la meilleure référence est de consulter préalablement son médecin traitant. Qui mieux que lui peut prescrire ou proscrire cette thérapie comme complément d’un autre traitement médical en cours ? 

Par ailleurs, pour les personnes sensibles à la lumière naturelle ou porteuses de maladies latentes de l’œil, seul un ophtalmologiste peut donner une recommandation curative ou préventive. Concernant les personnes atteintes de divers problèmes mentaux nécessitant une médication, ce qui la plupart du temps augmente la sensibilité à la lumière, il est fortement suggéré de prendre conseil auprès de son médecin-psychiatre.

Contre-indication: maladies oculaires

Veuillez noter que la luminothérapie est contre-indiquée dans les cas de maladies oculaires suivantes :

Cataracte : Opacité du cristallin évoluant vers une cécité partielle ou totale.

Conjonctivite : Inflammation de la membrane des paupières et de la face intérieure du blanc de l’œil.

Glaucome Augmentation de la pression intraoculaire menant vers une diminution insidieuse du champ visuel.

Herpès : Virus se logeant dans les ganglions correspondants à la zone oculaire.

Iritis : Inflammation de l’iris résultant d’une formation excessive de vaisseaux sanguins au niveau du tissu conjonctif.

Orgelet Petit furoncle de la forme et de la grosseur d’un grain d’orge, se développant sur le bord libre de la paupière.

Rétinite ou rétinopathie : Toute affection ou inflammation de la rétine le plus souvent associée au diabète.

Syndrome de Sjögren : sensation de sable dans les yeux, plus brûlures et rougeurs.

Uvéite Inflammation de l’uvée, membrane intermédiaire, située entre l’enveloppe
externe de l’œil et la rétine.

Contre-indication: maladies psychologiques

La luminothérapie est contre-indiquée pareillement dans les cas de maladies 
psychologiques suivantes :

Autisme Repli pathologique sur soi, entraînant la perte de contact avec le monde extérieur.

Hystérie : Trouble psychique se convertissant en vive excitation physique parfois poussée jusqu’au délire.

Névrose : hystérie, obsession ou phobie suscitant des réactions de défense hostile.

Obsession compulsive : Accomplissement de rituels conscients et ininterrompus plus esquive de situations intolérables.

Paranoïa : Surestimation de soi-même, tendance à se sentir continuellement agressé ou persécuté, d’où la méfiance et la suspicion, conduisant à l’inadaptation sociale.

Psychose : Altération profonde des fonctions intellectuelles et de la personnalité, souvent caractérisées par des hallucinations ou du délire.

Schizophrénie Psychose délirante chronique créant une dissociation et une
perturbation du rapport au monde extérieur.

Syndrome maniaco-dépressif : Alternance plus ou moins régulière d’excitation maniaque et de dépression mélancolique chez une même personne.

On doit considérer que l’irritabilité, les irritations oculaires et la migraine sont des effets secondaires des premières cures de luminothérapie, elles ne persistent que quelques jours seulement. Les chercheurs et les spécialistes de la santé, sans oublier les utilisateurs, sont unanimes sur les bénéfices concrets et humanitaires de la luminothérapie. Il reste évident qu’ils vont tous persister vers sa lumière. Souhaitons que devant tant d’efficacité et de bons résultats, elle gagnera en popularité dans les années à venir, épargnant à des milliers d’utilisateurs, la prise de médication chimique. Pour un retour sain vers les sources naturelles de guérison, ne faut-il pas commencer par faire la lumière sur soi… (voir articles complets : http://www.info-luminotherapie.com/bienfaits_luminotherapie.html)

Uncategorized

Comments are closed.